TEST : Mega Jul d’Edelrid

Mise en garde

Avant l'utilisation du Mega Jul pour la première fois, je suggère fortement de lire attentivement le manuel d'instructions et de regarder les vidéos démonstratives de l'appareil. En effet, certaines manipulations (dont le mode "guide" entre autres) s'effectuent différemment de ce qu'on peut être habitué avec les assureurs traditionnels (ATC-Guide ou Reverso) et une mauvaise utilisation pourrait compromettre le bon fonctionnement du système. Le suivant article se veut être des impressions à la suite de quelques jours d'utilisation en rocher, et non pas des instructions détaillées sur le fonctionnement du Mega Jul. Les vidéos ne servent qu'à supporter et clarifier les propos du texte. Assurez-vous d'utiliser le Mega Jul en maîtrisant pleinement l'appareil.


 

Changer d'appareil d'assurage?

Récemment, j'ai pris le temps d'inspecter attentivement mon bon vieux Reverso qui datait de mes débuts en escalade. Même si c'est une pièce d'équipement qu'on croit indestructible et qu'on a peu le réflexe d'inspecter régulièrement, il est tout de même bon de s'y adonner de temps à autre, sachant qu'il s'agit d'une pièce en contact direct avec l'équipement probablement le plus important, et le seul non redondant dans le système, la corde! En faisant mon inspection donc, j'ai alors pu observer qu'à l'endroit précis où le mousqueton d'assurage entre en contact avec l'assureur lorsque la corde est sous tension, le métal avait travaillé et présentait des rebords un peu trop francs, et ce précisément où passe la corde. Rien de dramatique, mais considérant son âge, ce fut tout de même une bonne raison pour le changer. C'est alors que j'ai eu l'idée de faire l'acquisition du Mega Jul d'Edelrid, ce nouvel appareil d'assurage qui, je dois dire, m'intriguait particulièrement depuis son apparition il y a peut-être 2 ans.

Sa particularité?

Sans avoir un système mécanique avec came (comme possède le fameux GriGri de Petzl), Edelrid décrit tout de même le Mega Jul comme possédant un système de freinage performant pour assister l'assureur en cas de chute du grimpeur. Le concept d'ingénierie simple derrière le système utilise en fait le mousqueton d'assurage pour venir coincer la corde dans l'appareil d'assurage lorsque celle-ci est sous tension. Le terme important à retenir de cet équipement est "assistance". Sans remettre en question l'efficacité du système de freinage du Mega Jul, il faut garder en tête qu'il permet de faciliter l'arrêt d'une chute et non pas de faire tout le travail. Il ne faut pas se fier entièrement et aveuglément au Mega Jul en fournissant par le fait même à notre grimpeur un assurage moins attentif, alerte et actif. L'efficacité du freinage sera dépendant du type de mousqueton et du diamètre de la corde utilisée. Edelrid recommande l'utilisation de son mousqueton HMS Strike, quoique pour ma part, je l'ai utilisé avec mon bon vieux mousqueton BD Rocklock sans problème.

Utilisation

Ceci étant dit, la première impression qu'on ressent avec le Mega Jul est que le mécanisme d'assistance de freinage est très efficace, voire un peu trop même. Au premier mousquetonnage du grimpeur, on ne s'y attend pas et le mécanisme s'engage. Il faut alors libérer rapidement le système pour fournir de la corde. Cela demande donc rapidement de modifier et d'adapter sa façon d'assurer. Pour donner de la corde au grimpeur, on est normalement habitué de tirer la corde avec sa main du haut et "fournir" de la corde dans l'appareil d'assurage avec la main du bas qui tient le brin de vie, le tout dans un mouvement continu de va-et-vient. Or, avec le Mega Jul, au moindre mouvement sec où le grimpeur tire de la corde, le mécanisme de freinage s'engage. Il faut alors utiliser le levier avec son pouce pour désengager le mécanisme. L'idéal, tel que recommandé par Edelrid, est donc de toujours garder le pouce de la main qui tient le brin de vie en position dans le levier, et de principalement tirer la corde avec la main du haut. Ainsi, on ne vient pas entraver le mécanisme de freinage, mais on est toujours prêt à le désengager au besoin.

Mode "guide"

Pour l'assurage d'un second en mode "guide", c'est ici que la mise en place du Mega Jul diffère des autres assureurs. Une fois en place sur le relais, l'insertion du brin de corde se fait de bas en haut, du côté opposé où on serait normalement tenté de l'insérer, c'est-à-dire du côté où le câble d'acier se trouve. La vidéo suivante vous permettra de visualiser la bonne et mauvaise utilisation. Une fois en position, l'assurage se fait sensiblement de la même façon. Pour désengager la corde (donner du mou), Edelrid recommande d'utiliser un autre mousqueton dans l'œillet prévu à cet effet, comme la façon habituelle. Or, j'ai constaté qu'il était possible de la faire en se servant du levier du Mega Jul. Ça reste toutefois moins efficace et fluide.

Descente en rappel

Le Mega Jul permet de descendre en rappel de façon habituelle tout simplement en inversant l'appareil (avant-arrière, donc le levier vers soi). Puisque de cette façon aucun mécanisme de freinage n'est impliqué, il faut utiliser le Mega Jul conjointement avec un nœud autobloquant (prussik). On peut également se servir du système de freinage du Mega Jul en situation de rappel en l'installant de la même façon qu'en situation d'assurage (le levier vers l'avant) et en utilisant un autre mousqueton pour désengager le frein et descendre de façon fluide. Je n'ai malheureusement pas encore utilisé le Mega Jul en mode assisté pour un rappel. Même si le système de freinage semblait très efficace pour soutenir le poids du corps avec les quelques tests à la maison, j'installerais tout de même un nœud autobloquant sur mon système de rappel lors des premières utilisations en situation réelle afin de valider le mécanisme et voir à quel point je peux m'y fier (même si Edelrid ne mentionne pas la nécessité d'en utiliser un).

Conclusion de cette première impression

Même si le Mega Jul est beaucoup moins "idiot proof" que peuvent l'être d'autres assureurs, il offre certainement beaucoup plus de fonctions intéressantes, surtout pour son prix à peine plus cher. Il faut néanmoins être prêt à modifier et adapter un peu sa méthode d'assurage, en plus de porter une attention particulière à son utilisation, et ce pour toutes les situations (assurage d'un leader, d'un second, en rappel, etc.). Pour l'instant, il me reste à évaluer sa facilité d'utilisation en situation hivernale en escalade de glace. Je me questionne notamment sur sa maniabilité avec une bonne paire de gants, surtout au niveau de l'utilisation du levier. À suivre...